FANDOM


Livre répandu dans l'Empire et facilement trouvable dans les bibliothèques ou chez les érudits. Il est également étudié dans les universités impériales.

Ecrit et commenté par Naeko Kida, prêtresse du temple de Daiwa et grande spécialiste de la culture teisharie, année 1034.

Note de l'auteur Modifier

Alors que l'Empire Solaire se ferme peu à peu au monde extérieur, j'ai pu ces dernières années effectuer de nombreux voyages en Oshai, à l'ouest, pour réunir le plus d'informations possible sur les anciens teisharis.

Sur le sujet, divers écrits fort intéressants ont déjà été produits, mais ceux-ci ne traitaient que de la culture teisharie située à la dernière période historique de l'Ancien Âge, décrite comme décadente et dégénérée. Il semblerait que des époques antérieures, seul le culte solaire n'ai été sérieusement étudié. Cet ouvrage traitera ici de l'architecture sacrée des teisharis qui, bien que vue comme beaucoup comme anormale, ait très probablement été en réalité une architecture aussi sacrée que la notre, voire plus. Son étude pourrait alors présenter un grand intérêt dans l'étude de notre propre tradition et de notre architecture sacrée, et dans la compréhension également de l'Ancien Empire d'Asan, qui fut par ailleurs de lien bien plus direct avec l'Empire Teishari que l'Empire Solaire actuel.

Cet ouvrage aura également pour but de démonter le mythe faisant des teisharis une race cruelle et sauvage. Bien que celle-ci l'eu été au crépuscule de la civilisation teisharie, il apparaît clairement que leur culture eut été d'un raffinement et d'une splendeur sans égal, avant son déclin.

Chapitre premier Modifier

Premièrement, nous dirons qu'à l'époque où le grand cataclysme eu lieu, la tradition nous rapporte que l'Empire Teishari n'était alors que l'ombre de ce qu'il fut auparavant, de par la dégénérescence mentale des teisharis, qui en plus de les couper du sacré, leur a effectivement probablement conféré un tempérament violent et destructeur, et donné une apparence maladive et monstrueuse.

Cela a très probablement enfanté le mythe montrant les teisharis comme des êtres démoniaques et terribles, utilisés dans la culture populaire pour terrifier les enfants ait été créé à partir du souvenir de la civilisation dégénérée. Bien que leur rôle archétypal soit intéressant, il est à noter que les teisharis ne furent aucunement des démons. L'utilisation de leur image comme représentation maléfique est compréhensible, mais ne dépeint qu'une période, alors que des époques plus reculées semblent indiquer une civilisation florissante et d'une richesse sans pareille.

Beaucoup d'écrits ont décrit l'architecture teisharie comme insultante envers les dieux. Ceux-ci semblent oublier le fait que beaucoup de nos connaissances sacrées viennent des antiques savoirs de cette civilisation et, même si nombre de mes contemporains le nient, le Culte Solaire également. Si des constructions dégénérées et dénuées d'harmonie ont pu être bâties vers la fin de leur Empire, les anciens sanctuaire et temples sont cependant d'une splendeur incroyable.

Dans les terres de l'Empire Solaire, quelques ruines existent, et sont considérées à tort comme des ruines de l'ancien empire. La cité engloutie située dans les terres impériales, Teishara en Notsushi et d'autres ruines présentes dans l'Empire ont été par le passé, à tort, associées à l'Ancien Empire d'Asan, voire aux kijins. Il apparaît cependant, après la relecture des textes de la grande bibliothèque d'Edokai datant de l'ancien empire, qui ces structures sont en réalité bien plus vieilles encore, et qu'elles ne furent qu'utilisées comme lieux de culte par le kijins.

Il est à noter qu'en Oshai, et notamment en Ferenia, de nombreuses ruines utilisées comme lieux de culte par des peuplades nomades ou reculées sont en réalité des anciens temples teisharis. Se confondant avec les montagnes, ces lieux sont d'une splendeur sans pareille. Les ayant moi-même visités, ils sont intégrés à la nature comme si ils avaient toujours été là, et ils dégagent une aura sacrée que je n'aurais que peine à décrire.

Ces lieux, mystérieux et éternels, sont situés chacun à des points précis, et semblent donner accès à des passages souterrains que je n'ai pas eu l'occasion d'emprunter. Les locaux m'ont cependant rapporté une légende fort curieuse. Celle-ci décrit des esprits éternels vivant sous les montagnes, dans un monde souterrain et oublié dont les anciens temples teisharis seraient les entrées, et d'autres lieux encore qui seraient des portes vers des lieux, voire des mondes différents. Il est également fait mention d'appels lointains venant de sous la terre audibles lors d’événements cosmiques majeurs, durant lesquels les voyageurs s'arrêteraient dans les déserts comme dans les plaines, et où les animaux eux-mêmes demeureraient silencieux.

Peut-on alors parler encore d'architecture dégénérée et balayer le passé de la main ainsi ? Il semblerait bel et bien que les teisharis aient été nos ancêtres, et non des démons sauvages, et que leur architecture eu été d'une grandeur sans pareil. Je n'ai malheureusement pas eu le temps d'étudier d'avantage des lieux, de par la politique de fermeture de l'Empire actuellement en vigueur, mais j'ose espérer qu'un jour celles-ci pourront alors reprendre, dans l'étude des anciens teisharis.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .