Cœur de l'Est
Advertisement
Cœur de l'Est
Famille Byakuren
Description
Famille-Byakuren.png
« D'une goutte, créée le remous »
Importance Famille déshéritée
Date de fondation Période Kagane
Fondateur Inconnu
Chef de clan Aucun actuellement
Clan dominant Dynastie Okotori (Anciennement)
Localisation Edokaï
Alliés Aucun(s)
Rivaux Apostats d'Okotorishi

Présentation globale :[]

« Kijins, créatures de mythes, contes de chevet ;

Kijins, recouvert d'un tallith, d'une ère passée

Mais des Kijins aux yeux rouges, tu devras méfiance

De leurs ruisseaux, ne coulent que sang et déviance. »

Nul ne sait ce qui est advenue de cette famille, ni ce qui aurait pu advenir de ses héritiers. D'elle ne subsiste que des rumeurs, rares écrits mis sous scellés ; les informations éparpillées ont été tenues dans un registre, retraçant le peu que l'on sait à travers les différentes époques jalonnant le passé de l'Empire Solaire de ses ressortissants.

Histoire de la Famille :[]

Période Kagane[]

Ère Tsuneda :[]

Les premières traces officielles remontent vers les années -2000, date à laquelle on mentionne des hommes-renards , au regard carmin et à la chevelure albâtre dans l'une des îles situées au sud de l'archipel. Évoluant de prime abord dans des zones humides, entre rivières, mares et ruisseaux, , il s'avère rapidement que ces kijins vénèrent les esprits de l'Eau.

Ère Niwa :

Pratiquant la pêche et un commerce rural, à base de troc et de bijoux en nacre, les premiers contacts deviennent progressivement une relation interraciale où chacun apprend de l'autre : des méthodes de pêche à la conservation des produits d'eau douce, leur présence est bien vue et signe de bonne augure à Kyuda.

Ère Maganai :[]

Même si les relations se dégradent, du au fait que les asanais deviennent autonomes et ne témoignent plus du même sentiment de gratitude que leurs ancêtre, la famille semble correspondre à l'idée générale d'une vie harmonieuse emprunte d'une tradition chamanique. Du moins, jusqu'au premier Âge Sombre.

Époque Gatsukai[]

Ère Azarashi - L'Âge Sombre :[]

D'aucun ne sait d'où est partie l'étincelle, mais la maisonnée se scinda lorsque la Nation Éternelle d'Egai fut fondée. Peut être est-ce due à la connaissance des fluides, le plasma – un mélange d'eau et de sels minéraux – étant en grande quantité dans le sang, que certains membres ne supportèrent plus l'esclavage et furent attirés irrémédiablement par la magie d'Okoto.

Kijin Byakuren.png

Ces derniers devinrent rapidement une force armée, où leur don et leurs connaissances des propriétés de l'eau permirent un véritable renouveau de l'hémomancie.

Anéantie et dépassée par les événements, la famille Byakuren devint ainsi haïe des villageois de compagne : il n'était alors pas rare qu'un kijin soit tué sur les chantiers, ou lors de corvées réalisées en groupe.

Interrègne du Bafakan - Révolte de Kurasha :[]

La rébellion mit fin définitivement à la lignée, et par conséquent, à ses renégats. Les plus torturés à l'idée de voir leur cité détruite fuirent et devinrent des monstres d'Anima en perdant le contrôle de leurs sentiments. D'autres mirent fin à leur jour, comprenant d'un soubresaut de réflexion qu'ils avaient commis des péchés que le Nin ne saurait tolérer. De manière générale, il ne fut plus mention du nom Byakuren, leurs us et coutumes réduites à un épisode aussi sombre que l'âge les précédant.

À l'heure d'aujourd'hui :[]

La famille n'est plus connue que d'érudits, et d'ermites ayant conservés des ouvrages antérieurs au couronnement de Kurasha en tant que reine d'Egai. Selon eux, et d'après des études émises à ce sujet, il serait possible que des membres de celle-ci aient pu continuer à vivre en se mêlant aux populations locales.

Du métissage hokien et asanais serait alors venu une nouvelle génération, aux faits des actes commis par leur ascendance. Dès lors, des écrits mentionnent qu'un groupuscule d'hémomanciens vivant dans les ruines de Teishara et d'Okotorishi serait une progéniture potentielle.

D'autres parchemins font, quant à eux, le lien entre la disparition progressive jusqu'à l'actuelle population des Kijins après la restauration de l'Ordre Solaire et ces apostats : sans doutes par peur de leur être assimilés.

De cette manière, la légende survit, elle aussi ravivée par les rumeurs et de singuliers individus, ainsi que par le biais d'une petite famille d'artisan de l'Ôjoshaku qui répond de ce nom.

Symbole famillial :[]

Nommé ainsi par les premiers asanais, « Byakuren » serait la contraction de Byaku, signifiant blanc et ren, lotus. En effet, de part leur allure caractéristique et leur prière adressé aux ruisseaux, il était coutume que ces derniers placent un lotus blanc afin que les esprits leurs accordent un vœu.

Néanmoins, ce n'est que sous le règne du Roi-Céleste que la descendance traître obtint un « Mon », un blason hiérarchique qui sema les premières graines de leur chute. Devenant de la sorte une goutte qui créée le remous au sein des sociétés Kijins, l'emblème fut mal vu et devint sujet à critique, jusqu'à ce que le temps fasse son œuvre et qu'une poignée de bibliothécaires et quelques sages ne sachent sa véritable signification.

Seul un initié pourra le reconnaître, les autres n'y verront qu'une armoirie dépassée.

Âge Sombre- Byakuren.png

Advertisement